La magie Alaïa  par Annabelle Baudin

01

.

03Ce qui émane du parcours d’Azzedine Alaïa c’est l’omniprésence des femmes. Mères,  accoucheuses, muses ou mécènes, toutes sont des  « femmes libres. » Chacune d’entre-elles, à leur manière, lui ont donné la vie.

Si Azzedine Alaïa est un homme discret, son travail n’en reste pas moins porteur d’un message dévoilant, pour qui sait l’interpréter, la recherche d’un idéal féminin sur lequel le temps a depuis longtemps lâché prise. Comprendre le travail du couturier, c’est aussi revenir à la source qui donne un sens à sa quête insatiable d’une femme dont l’allure magnifiée se veut universelle.

Azzedine Alaïa n’a pas grandi auprès de sa mère. Aimante, elle le confie très jeune à ses grands-parents qui vivent à Tunis. Ses parents cultivent le blé à la campagne, et sa mère souhaite avant tout que le jeune garçon et à sa sœur Hafida bénéficient d’une éducation en ville. Clairvoyante, c’est en sacrifiant une partie d’elle-même, que la mère d’Azzedine Alaïa esquisse les pourtours d’une vie dont la femme sera le centre.

La suite…

Vous aimerez aussi...

Translate »